Quelques vertus spirituelles du sommeil

Le sommeil peut paraître banal et faire partie de notre quotidien. C’est vrai, nous passons un tiers de notre vie à dormir. Cependant, une altération ou un changement de nos habitudes de sommeil peut provoquer des conséquences palpables sur notre quotidien. Le péché a tout altéré et le sommeil, relatif à notre corps et notre vie, n’est pas une exception à la règle.

Lorsque nous conseillons une personne, c’est assez rare de penser directement à aborder le sommeil. C’est un domaine souvent négligé mais qui peut se révéler intéressant à explorer.

Le sommeil est indispensable dans notre fonctionnement physique et physiologique. Nous passons environ un tiers de notre temps à dormir. Le sommeil est quelque chose de naturel, de logique. Il suffit d’une nuit sans sommeil pour constater d’importantes répercussions dans notre journée. D’ailleurs, une maladie très rare (l’Insomnie Fatale Familiale), en réduisant drastiquement le sommeil de la personne atteinte, mène généralement au décès, par l’apparition de symptômes associés, en moyenne au bout de dix-huit mois.

Cependant, des gens qui ont des problèmes de sommeil, il y en a beaucoup, et il est important de pouvoir s’intéresser à ce domaine à côté duquel nous passons souvent. Une personne reposée saura davantage lutter contre le péché, dans son quotidien, qu’une personne victime d’insomnies chroniques. L’influence du corps est très importante sur notre volonté. Cela n’enlève pas notre responsabilité face au péché, mais si nous voulons être des sentinelles sur la muraille, autant être en forme.

Même si cela peut paraître peu spirituel, je crois qu’il est bon de pouvoir s’arrêter un bref instant sur la qualité du sommeil des personnes que nous accompagnons. Nous constatons parfois, grâce à sa régulation, des changements très importants.

Le sommeil est bon pour notre sanctification

Être reposé nous permet d’affronter la journée et les défis qui se dressent devant nous. Un adulte dort entre sept et huit heures par jour. C’est une moyenne, et il ne faudrait pas en faire un absolu, mais il est rare de voir des personnes qui ne dorment quotidiennement que six heures et ne notent aucune conséquence sur leur humeur, leur attention ou leur tonicité. Cela existe, mais ce sont des exceptions. Avoir une nuit de sommeil d’une certaine durée est une nécessité pour nous.

Par expérience, vous savez de quoi je parle. Pour ceux qui sont parents, vous avez vécu des périodes de privation de sommeil plus ou moins longues pendant l’année qui a suivi la naissance de votre (vos) enfant(s) (un sondage britannique évoque une réduction de l’ordre de quarante-cinquante jours de sommeil pour les parents). On n’en meurt pas, mais c’est difficile et douloureux.

Nous sommes chrétiens, disciples de Jésus-Christ et pourtant, lorsque nous n’avons que trois ou quatre heures de sommeil, nous sentons rapidement notre irritabilité grandir et notre concentration diminuer; perte de mémorisation, sensations inconfortables: l’épreuve est bien là! Nous pouvons la remporter, par la grâce de Dieu et son Esprit, mais elle peut se révéler difficile à vivre dans des activités simples du quotidien qui seraient anodines avec une nuit standard.

Dieu nous a créés avec une finitude et nous devons la respecter comme telle. Elle nous rappelle que nous sommes des créatures et que seul le Créateur ne dort jamais (psaume 121)

Négliger le temps de sommeil peut révéler notre cœur et notre volonté

Un nourrisson qui se réveille pendant la nuit, un gros projet à ficeler en une semaine ou encore un travail en heures décalées peuvent être des raisons légitimes de la réduction du temps de sommeil. Toutefois, il est bon de comprendre les motivations de notre cœur.

Être systématiquement pendant des heures et des heures dans notre travail ou, à contrario, dans nos loisirs, peut être extrêmement nocif pour notre santé physique comme pour notre santé spirituelle. Ce manque volontaire de sommeil peut révéler, tout simplement, quelles sont les priorités de notre vie, et tout ce que l’on met avant Dieu. Là encore, c’est subjectif et à vérifier avec la personne concernée, mais il est important de prendre en compte la dépense du temps et sa répartition. Les idoles sont parfois dissimulées dans de bonnes choses et de prime abord, il n’est pas évident de les déceler.

L’orgueil peut avoir une influence sur notre cœur et nous pouvons choisir de toujours faire plus de choses, en compétition avec les autres, pour obtenir leur reconnaissance…

Les problèmes d’endormissement peuvent être aborder selon deux axes:

Le plan médical

Le sommeil est régulé par plusieurs facteurs biologiques et, dans le cas de chronicité, il sera sans doute intéressant de conseiller à la personne d’aller consulter son médecin à ce sujet. Le corps est un organisme complexe et un dérèglement, dans ce monde déchu, peut rapidement arriver, et parfois pour des raisons que nous ignorons complètement. Se référer à un professionnel est alors essentiel.

Dans le cas de fatigue extrême, les somnifères sont parfois conseillés. Il en existe plusieurs sortes et le médecin est là en tant qu’expert sur le sujet. Cependant, il est également important de ne pas oublier de prendre ses médicaments. Pour certains, la prescription peut être permanente, mais nous pouvons toujours espérer un arrêt et notamment de la médication d’hypnotiques, comme les benzodiazépines qui ne sont pas anodins.

J’aimerais ici apporter une nuance culturelle à ce sujet. Il ne faut pas rendre habituelle ou banaliser l’utilisation de ce type de produits. D’une part, ils ont souvent des effets secondaires conséquents et ne procurent pas un repos forcément très qualitatif (mais mieux que rien…) et, d’autre part, certains peuvent créer une accoutumance voire une dépendance.

Nous avons une culture du médicament très importante en France. Nous sommes de grands consommateurs d’antidépresseurs et de benzodiazépines utilisés comme somnifères. Généralement, il est préconisé de ne pas excéder un mois de prise, le temps de relancer un cycle du sommeil. Suivre cette recommandation médicale est, je trouve, une bonne ligne de conduite.

Le plan spirituel

Pourquoi la personne ne parvient -elle pas à s’endormir? Quelles sont ses pensées et ses émotions? Des angoisses non définies peuvent exister, mais généralement, les personnes parviennent à identifier les préoccupations de leur cœur pendant ces moments (parfois des heures…). Ces préoccupations peuvent révéler des idoles, des souffrances, des craintes ; d’innombrables influences qui assaillent le cœur… mais que nous pouvons et devons travailler en tant qu’accompagnateurs.

Il est important de prendre en compte la souffrance des personnes. Il ne s’agit pas de simplement leur conseiller de faire davantage d’efforts, de se détendre, de boire une tisane, de se repentir, d’arrêter de penser… et je pourrai continuer comme ça pendant longtemps. Souvent, les personnes que nous rencontrons ont déjà tenté énormément de choses.

J’aimerais apporter une dernière nuance sur l’ensemble: notre corps est déchu et, malgré une nouvelle nature régénérée, il nous collera à la peau jusqu’à la glorification. Certaines personnes peuvent avoir une vraie problématique du sommeil. Il ne faudrait pas suspecter, dans chaque trouble du sommeil, une idole ou un péché non confessé. L’écoute de la personne demeure l’outil le plus important que le Saint-Esprit utilisera pour nous aider à discerner les influences exercées sur le cœur de la personne.

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Samuel LAURENT

Chrétien et psychologue, Samuel est marié à Pauline depuis 17 ans et ont trois enfants. Ils ont créé l'association "La Boussole" avec laquelle ils proposent des formations en accompagnement biblique à l'intention des églises locales. Il est étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. La question de l'accompagnement/counseling biblique est la principale raison de leur présence sur TPSG. ils souhaitent développer et partager leur vision biblique du monde autour de l'accompagnement, de la psychologie et des problématiques du cœur humain.

Articles pouvant vous intéresser