5 conseils pour le bon déroulement des écoles du dimanche

Prédication et enseignementEnfance et jeunesse

À la fin du culte, Greg est allé chercher ses filles à l’école du dimanche. Alors qu’il marchait vers la salle, il a dû se baisser pour éviter un avion en papier qui passait près de sa tête. Il a regardé dans la pièce: la monitrice tentait de faire descendre un enfant debout sur le bureau pendant qu’un autre jetait des boules de papier sur ses camarades. “Mon Dieu…”, s’exclama-t-il. Il chercha anxieusement ses filles des yeux et marmonna dans sa barbe: “Cet endroit est un zoo!”, avant de faire sortir ses filles le plus rapidement possible.

Dans un ministère auprès des enfants, maintenir l’ordre est une priorité absolue. Les enfants ne suivent pas naturellement les règles et n’agissent pas forcément de manière respectueuse. Le péché fait obstacle à notre idéal d’une classe bien structurée et respectueuse. De plus, les moniteurs de l’école du dimanche, bien que sérieux et désireux de bien faire, sont des bénévoles sans formation professionnelle. Même les parents chevronnés peuvent vite découvrir qu’une classe de 15 élèves est beaucoup plus difficile à gérer que quelques enfants. Les grands groupes ont besoin d’un leadership réfléchi.

Qu’est-ce qui crée une bonne ambiance de classe? Cela nécessite cinq éléments: l’amour, le leadership, les attentes, la routine et le plaisir.

L’amour

Paul exprimait régulièrement son affection pour les croyants dont il avait la charge. Il a parlé des saints avec tendresse: “Nous avons été doux parmi vous, comme une mère qui prend un tendre soin de ses enfants” (1Th 2.7). Si Paul parlait ainsi aux adultes, à combien plus forte raison devrions-nous témoigner de l’encouragement et de l’affection aux enfants de nos classes?

Un moniteur sage a dit un jour: “Vous obtenez plus de la part de ceux que vous encouragez.” Crier des ordres et des menaces aux enfants peut améliorer le comportement, mais cela ne gagnera pas leur cœur. Pour emprunter l’analogie de Paul: si j’ai l’ordre de la classe, “mais que je n’ai pas d’amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit” (1Co 13.1).

Le leadership

Des adultes encadrent la classe. Ce sont eux qui sont responsables, pas les enfants. Le Seigneur confie aux adultes la vie des enfants, y compris la discipline et l’éducation. Cela nécessite du leadership. Nous avons souvent dit aux enseignants de l’école du dimanche: “Vous êtes les leaders, alors agissez comme tel.”

On peut être tenté de se comporter comme des enfants, et de faire le pitre pour les amuser. Mais nous devons revêtir l’autorité bienveillante que Dieu nous a donnée pour diriger et aimer les petits enfants. Bien qu’il y ait certainement un moment pour s’amuser, si vous ne prenez pas les choses en main, les enfants ne vous respecteront pas.

Les attentes

Les enseignants doivent définir quelques attentes de base dans leur classe. Par exemple:

  • Être attentif pendant l'enseignement.
  • Écouter l'enseignant et les autres enfants.
  • Ne pas parler pas en même temps que les autres.
  • Lever la main pour poser une question.
  • Échanger et partager les uns avec les autres.
  • Traiter tout le monde, adulte et enfant, avec respect.

Clarifiez vos attentes et rappelez-les au début de chaque cours. Dans certaines salles, nos questions et attentes sont inscrites en gros caractères sur un grand panneau d’affichage fixé au mur. Cela permet à tout le monde de prendre connaissance des règles et de les réviser pour les assimiler chaque semaine.

Lorsque les adultes ne sont pas cohérents dans leurs attentes, ils nuisent à leurs élèves et à eux-mêmes. Certains adultes ne veulent pas être considérés comme stricts, mais de faibles attentes, une indulgence excessive et un manque de cohérence peuvent ruiner une classe. Si vous n’exigez rien de leur part, ils ne dépasseront pas vos attentes. Un enseignant ne devrait pas hésiter à avoir des attentes élevées, tant qu’elles sont accompagnées d’encouragements, de cohérence, de grâce, et d’amour.

La routine

Considérons deux scénarios.

Dans le premier, Johnny entre dans une salle de classe et le professeur lui dit: “Fais ce que tu veux pour l’instant.” Johnny se demande: “Que dois-je faire? Que font les autres enfants?” Son incertitude fait monter son anxiété.

Dans le deuxième scénario, Johnny sait que la leçon commence toujours par coloriage pour laisser le temps aux derniers enfants d’arriver. Ensuite, l’enseignant leur dit “bonjour”, et leur rappelle les règles de bienséances. Johnny connaît la routine, il n’y a donc aucune incertitude quand il arrive.

Une confusion générale conduit au chaos, à l’anxiété et à la frustration. Mais l’ordre, la structure et la prévisibilité d’une routine claire donnent aux enfants un sentiment de sécurité qui les aide à s’épanouir. Il peut être utile d’afficher un horaire de classe sur le mur afin qu’il soit visible par tous. Cela peut également aider les enfants et les nouveaux enseignants.

Le plaisir

Supposons qu’un enseignant, M. Robert, lise simplement l’histoire de David et Goliath (1S 17) à sa classe de première année d’une voix monotone. Que se passerait-il? Même si c’est une histoire passionnante, les enfants seront agités et distraits en quelques minutes à peine.

Les enseignants doivent rendre la classe attrayante et amusante. Si M. Robert se tenait plutôt debout sur une chaise et grognait en lisant les répliques de Goliath, les enfants se laisseraient emporter par sa présentation. Les jeunes aiment bouger et participer à l’enseignement. Par exemple, un moniteur peut demander aux enfants de lancer des cris de défi, comme l’a fait Goliath, (“Je défie les rangs d’Israël aujourd'hui!”) et les réponses de David, témoignant de sa fidélité envers Dieu (“Je viens à vous au nom de l’Éternel”). M. Robert pourrait ensuite encourager les enfants à imiter David lorsqu'il a lancé une pierre sur la tête de Goliath, ou leur proposer de faire circuler des accessoires comme l’armure de Saül, ou une fronde et une pierre qu’ils pourraient tenir dans leurs mains.

Dieu est le centre de l’histoire, mais la créativité rend l’apprentissage plus agréable. Si l’enseignant rend la leçon amusante, les enfants seront probablement plus disposés à rester sages et concentrés. Cela crée une meilleure ambiance dans la classe.

Les cinq stratégies de classe enseignées ici ne viennent pas toujours naturellement à l'esprit des bénévoles qui sont engagés dans ce ministère. Les responsables devront encourager, former et soutenir chacun d'entre eux. Mais ces compétences peuvent être utiles lorsque nous cherchons à éliminer tous les obstacles qui empêchent les enfants d’entendre, d’apprendre Dieu et de le connaître.

Deepak Reju & Marty Machowski

Deepak Reju est pasteur en conseil biblique et ministère familial à l'Église Capitol Hill Baptist Church à Washington, D.C.

Marty Machowski est pasteur exécutif à l'Église Covenant Fellowship Church à Glen Mills, en Pennsylvanie.

Ressources similaires

webinaire

Comment prêcher Christ à partir de l’Ancien Testament?

Ce replay du webinaire Dominique Angers a été enregistré le 20 novembre 2019.

Orateurs

D. Angers