La sérotonine, un neurotransmetteur qui nous veut du bien

La dernière fois, nous avons parlé d'ocytocine. Puisque nous sommes dans les neurotransmetteurs, je vous en propose un autre. Celui-ci est connu depuis très longtemps, presque un siècle. Il est impliqué dans la gestion des humeurs, du plaisir et de la douleur.

Dieu nous a créés avec un corps doté d’une chimie très complexe. Cette chimie nous assiste dans notre vie quotidienne, mais peut parfois la désorganiser. La demande de médicaments pour équilibrer cette chimie est fréquente. Voici quelques réflexions.

La chimie de notre corps est déchue

Le péché a corrompu notre corps. C’est sans doute un leitmotiv chez moi, mais c’est important de le comprendre. En effet nos émotions, nos humeurs, nos comportements sont influencés par notre corps.

Le péché nous affectera jusqu’à notre mort. Cela inclut son impact sur notre taux de sérotonine. Toutefois, cela ne veut pas dire que nous sommes déterminés à pécher.

Voici un extrait d’un livre de Pascal Denault que j’ai beaucoup apprécié et qui évoque cette relation entre péché et maladie:

Toutes les maladies, qu’elles soient mentales ou physiques, sont la conséquence de l’entrée du péché dans le monde. Certains souffrent d’un handicap, d’une maladie ou de troubles mentaux à cause du péché qui est entré dans le monde. Il n’y a pas nécessairement de lien immédiat entre le péché d’un individu ou celui de ses parents et l’état spécifique de cette personne (Jn 9.1-3), bien que cela soit possible (Ja 5.14-16 ; 1S 16.14). Cependant, il y a un lien immédiat entre l’état général du péché dans le monde et les effets débilitants qu’il produit.

Nous sommes voués à travailler notre sainteté. Grandir en maturité spirituelle et ressembler à Christ sont des préoccupations constantes de notre vie chrétienne. Et si elles sont si prégnantes, c’est parce que ni notre maturité, ni notre ressemblance à Christ ne sont naturelles dans ce monde. Le péché est physiquement en nous et autour de nous. Notre corps ne sera jamais parfait sur cette terre, pas plus que notre sérotonine.

La médecine fait partie de la grâce commune de Dieu

Les anti-dépresseurs peuvent agir sur les symptômes liés à la désorganisation de notre chimie. Ce sont des médicaments bien maîtrisés, ils vous apporteront sans doute un confort de vie avec des effets secondaires assez légers, voire inexistants.

Comme je l’ai dit précédemment, la sérotonine joue un rôle majeur, même si elle représente moins de 1% de notre chimie. Agir sur le taux de sérotonine dans l’organisme peut sembler tout à fait pertinent. Cependant, j’attire votre attention sur les travers de notre époque.

Un grand défaut de notre psychiatrie contemporaine se situe, malheureusement, dans la neuropsychologie. Puisque nous attribuons à toute maladie un déséquilibre, nous élaborons des médicaments et substances pour rééquilibrer ou corriger le dérèglement.

Aujourd’hui, nous mesurons les taux biologiques de nos émotions, notre stress, notre motivation, nos ressentis, nos pensées. Par conséquent, la médecine s’attache désormais à trouver des remèdes contre les symptômes physiques. Le monde séculier met l’être humain au centre de l’univers et cette quête frénétique d’une « zéro souffrance » a quelque chose d’idolâtre.

Mais ce que Dieu nous enseigne est différent.

La médecine peut nous aveugler sur l’état de notre cœur

Nous pouvons « tomber » malade pour d’innombrables raisons. La question de la maladie est très culturelle et historique, et a évolué au fil des siècles. Elle est toujours en rapport avec la venue du péché dans le monde.

La maladie peut venir d’un élément extérieur, comme la Covid-19. Cet exemple nous permet de considérer deux rapports au péché différents:

  • le premier est involontaire. Malgré votre respect des lois et recommandations, vous avez contracté la maladie. Votre intégrité vis-à-vis de Dieu est intacte, mais elle n’assure jamais votre préservation;
  • le second peut être lié à votre comportement: vous avez participé à une fête clandestine rassemblant des centaines de personnes après le couvre-feu. Vous avez transgressé la loi, les recommandations, et mis à mal votre témoignage en tant que chrétien.

La maladie peut venir également d’un élément intérieur, comme un cancer. Là encore, il peut y avoir deux rapports au péché différents:

  • le premier est un terrain héréditaire, nous savons qu’il est attaché à certains cancers dont il augmente la probabilité. Vous êtes victime de la corruption du péché de votre corps, mais vous n’en êtes pas l’auteur.
  • le second est inhérent à votre comportement: vous fumez deux paquets de cigarettes par jour et vous déclenchez, à plus ou moins longue échéance, un cancer de la gorge ou du poumon.

Dans les deux exemples, vous pouvez être victime ou auteur/victime du péché. Ce que Dieu nous demande est simple, c’est de nous repentir. La confession de notre péché est suivie d’un changement de comportement. La maladie est parfois souverainement donnée pour que notre cœur soit alerté sur notre état spirituel.

Des traitements peuvent être efficients dans les deux exemples. Le doliprane peut soulager la souffrance liée à la Covid-19; la radiothérapie et la chimiothérapie peuvent guérir un cancer. Enfin, Dieu nous accorde le privilège, en France, de pouvoir être pris en charge dans les hôpitaux pour les formes les plus graves.

Cependant, dans les cas où la maladie est consécutive à nos comportements, la question de l’état de notre cœur et de notre propre rapport au péché devrait être posée. Et demeurer au centre de nos préoccupations et de notre réflexion.

Et du coup, la sérotonine?

La sérotonine est le neurotransmetteur principal sur lequel les médicaments agissent dans le cas de dépression ou de symptômes dépressifs. Allez voir votre médecin, dites-lui que depuis trois semaines vous êtes triste, désespéré, et ne savez pas quoi faire d’autre qu’enchaîner des films et des séries sur Netflix. Soyez à peu près certain qu’il vous prescrira du …-étine ou …-pam, et vous conseillera d’aller consulter un psychologue.

Le médecin fait bien son travail. Il élabore dans sa tête un diagnostic différentiel pour arriver à un traitement. C’est tout à fait logique et rationnel. Les patients parfaitement matérialistes (rares, quand même) se contenteront des médicaments. Pour ceux qui ont une conception un peu plus élaborée de l’être humain, l’orientation d’un traitement « moral », comme l’a appelé Philippe Pinel au XIXe siècle, sera alors une seconde voie. Cela se traduira par un suivi psychologique.

En tant que chrétien, prendre un ISRS pour atténuer les symptômes de sa dépression ou améliorer son confort de vie n’est pas un problème. Cependant, nous pourrions rapidement oublier que ces symptômes révèlent l’état de notre cœur.

Nos émotions en disent long sur notre cœur. Elles peuvent, évidemment, traduire des schémas de pensée et des croyances structurées dans notre cerveau. Mais ces pensées et ces croyances traduisent, en tout état de cause, quelque chose de notre cœur.

Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez avec moi. (Mt 26.38)

Dieu ne considère pas les tourments de Jésus-Christ comme un péché. La plupart des mécanismes que j’ai cités sont automatiques et échappent à la conscience. L’enjeu spirituel est de savoir ce que nous en faisons et pourquoi nous les entretenons.

Cependant, n’allons pas plus loin que la Parole. Jésus-Christ a manifesté sa colère à l’encontre des marchands du temple et sa réaction était juste. Néanmoins, nous constatons que la très grande majorité de nos colères sont issues de croyances erronées, de notre orgueil et de notre péché.

Concernant les émotions négatives liées à la dépression, ça peut également être le cas:

  • la tristesse peut naître d’un désespoir sans fin dans lequel la souveraineté de Dieu n’existe pas;
  • la démotivation peut venir d’un refus de croire dans le retour de Jésus-Christ et dans l’action de l’Esprit dans le monde;
  • la lassitude peut avoir pour origine notre prétention de croire que nous pouvons changer le cœur des gens par notre action.

Ainsi, d’une maladie physiologique qui se matérialise par un déficit en sérotonine, entre autres choses (augmentation du cortisol, troubles du sommeil, de l’humeur…), nous dégageons une certaine vision du monde et une forme de théologie. La désorganisation de notre chimie peut souvent nous dévoiler l’état de notre cœur et de nos croyances.

Nos émotions ne sont que des icebergs, d’autres mécanismes se trament en nous. Elles sont des signaux lumineux sur notre tableau de bord et doivent nous alerter. Notre corps, même corrompu, a de bonnes ressources que Dieu nous accorde. Cependant, sa corruptibilité nous amène également sur des chemins plus sombres sur lesquels nous devons trouver les réponses aux cris de nos cœurs.

Vous pouvez retrouver l’article sur une introduction à l’ocytocine ici.

Vous pouvez trouver ici le livre de Pascal Denault avec un bon tiers sur la dépression.

Enfin, vous pouvez me retrouver avec Matthieu et Raphaël autour d’un podcast traitant de la dépression.

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Samuel LAURENT

Chrétien et psychologue, Samuel est marié à Pauline depuis 17 ans et ont trois enfants. Ils ont créé l'association "La Boussole" avec laquelle ils proposent des formations en accompagnement biblique à l'intention des églises locales. Il est étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. La question de l'accompagnement/counseling biblique est la principale raison de leur présence sur TPSG. ils souhaitent développer et partager leur vision biblique du monde autour de l'accompagnement, de la psychologie et des problématiques du cœur humain.

Articles pouvant vous intéresser