Sel et lumière pour ce monde: qu'est-ce que ça veut dire?

Textes difficilesVie chrétienne

Nous savons que les chrétiens doivent être le sel de la terre et la lumière du monde. Mais qu'est-ce que cela signifie? En disant cela, Jésus invite ses disciples à être différents et visibles.

En Matthieu 5.13-16, Jésus déclare que ses disciples sont "le sel de la terre" et "la lumière du monde". Qu'entend-il par là? Qu'est-ce que cela signifie pour nous, chrétiens d'aujourd'hui, d'être le sel de la terre et la lumière du monde?

Afin de répondre correctement à ces questions, il ne faut pas oublier l'une des règles d'or de l'interprétation biblique: le sens d'un texte est défini par son contexte. Étudions donc brièvement le contexte large et le contexte immédiat de ces versets.

Le contexte large: le sermon sur la montagne

Matthieu 5.13-16 fait partie de ce que l'on appelle "le sermon sur la montagne". C'est un discours que Jésus a prononcé depuis une montagne, et qui nous est rapporté dans Matthieu 5 à 7.

Dans cet enseignement, Jésus montre à ses disciples à quoi ressemble la vie d'un disciple. Il n'est pas en train de lister des critères à remplir pour faire partie du royaume des cieux, mais plutôt de décrire ce à quoi doit ressembler la vie au sein du royaume, pour ceux qui en font déjà partie.

Ce discours comprend de nombreux enseignements pratiques dans différents domaines, où Jésus encourage ses disciples à avoir une justice plus grande que celle des pharisiens (Mt 5.20), c'est-à-dire une justice qui ne soit pas seulement extérieure, dans les actes, mais qui se trouve aussi dans le cœur.

Le contexte immédiat: les béatitudes

Matthieu 5.13-16, où Jésus mentionne le sel de la terre et la lumière du monde, vient juste après les béatitudes que Jésus décrit dans Matthieu 5.1-12. Les béatitudes font référence à ces versets où Jésus déclare "heureux" certains types de personnes. Par exemple, Jésus commence en disant: “Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux!” (Mt 5.3).

Cet article ne permet pas de s'étendre sur les béatitudes, mais il suffit de dire qu'en prononçant ces béatitudes, Jésus montre à ses disciples deux choses:

  1. comment vivre
  2. ce qui en découle

D'abord, Jésus leur montre comment vivre, en dressant le portrait d'un disciple. Les béatitudes dans leur ensemble désignent ce qui devrait caractériser les disciples de Jésus. Jésus peint un tableau pour montrer à quoi ressemble la vie d'un disciple, afin de nous encourager, en tant que disciples, à vivre de la même manière.

Ensuite, Jésus montre à ses disciples ce qui en découle. Toutes les béatitudes mentionnent des promesses (par exemple: être consolés, voir Dieu, obtenir miséricorde, etc.). Ces promesses pointent vers la même chose: l'avenir du disciple de Jésus, la gloire qui nous attend. C'est cela qui fait que les disciples peuvent être "heureux" maintenant.

Quel lien avec le sel de la terre et la lumière du monde? Voyons cela maintenant.

Être le sel de la terre: être différent

Juste après avoir terminé d’énoncer les béatitudes, Jésus déclare à ses disciples:

Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors et piétiné par les hommes.

Matthieu 5.13

Le sel était utilisé de différentes manières à l'époque. Il était utilisé pour donner de la saveur aux plats (comme aujourd'hui), mais aussi et surtout pour conserver les aliments, ou encore comme fertilisant pour la terre, ou bien dans les sacrifices. Qu'est-ce que cela veut dire que les disciples de Jésus sont comme du sel pour la terre?

Je ne crois pas que l'on ait besoin de savoir à quelle utilisation du sel Jésus fait référence ici afin de répondre à cette question. Le point fondamental de Jésus avec cette image est beaucoup plus simple.

Jésus met en avant le fait qu'il y a quelque chose de distinctif, de différent, dans le sel. C'est ce qui fait que le sel peut être utilisé pour quelque chose, peu importe l'utilisation que l'on en fait. Mais si cet élément distinctif, qui fait que le sel est du sel, a disparu, alors à quoi va servir le sel? À rien, il n'est bon qu'à être jeté!

En d'autres mots, ce que Jésus dit, c'est que si le sel n'a plus de sel... alors ce n'est plus du sel! Facile à suivre, non? Mais quel lien avec les disciples de Jésus?

Les deux contextes que nous avons vus plus haut (le sermon sur la montagne et les béatitudes) nous montrent que les disciples de Jésus, tout comme le sel, ont quelque chose de distinctif, de différent, qu'ils ne doivent surtout pas perdre.

On le voit de manière évidente par l’affirmation “vous êtes le sel de la terre” (Mt 5.13) qui suit immédiatement les béatitudes (Mt 5.1-12). Dans les béatitudes, Jésus encourage ses disciples à poursuivre les valeurs du royaume de Dieu, à vivre comme des disciples.

On le voit aussi avec le verset 16 qui est la conclusion des images de sel et de lumière:

Que, de la même manière, votre lumière brille devant les hommes, afin qu'ils voient votre belle manière d'agir et qu'ainsi, ils célèbrent la gloire de votre Père céleste.

Matthieu 5.16

Ce que cela va produire, si les disciples sont sel et lumière, c'est que le monde verra leurs belles œuvres, et glorifiera Dieu.

C'est cela que les disciples de Jésus ont de distinctif, de différent: une manière de vivre selon Jésus, qui honore Dieu. Et si les disciples perdent cela, s'ils deviennent comme le monde, alors ils sont comme du sel qui n'est pas salé: une contradiction1.

Être différent: résister à l'assimilation

Ce à quoi Jésus encourage ses disciples en disant qu'ils sont le sel de la terre, c'est de résister à l'assimilation: devenir comme le monde qui les entoure.

Il faut reconnaître que le danger est là pour les chrétiens de peu à peu gommer les différences qui distinguent les disciples de Jésus des enfants de ce monde. Il est facile de prendre peu à peu la couleur du monde en acceptant les normes morales qui évoluent. Il est facile de ne plus être autant choqués face à l'injustice et l'immoralité en nous laissant peu à peu former par Netflix et Disney. Il est facile d'être fatigué, d'être toujours en décalage et de vivre à contre-courant, et d'entrer dans le compromis.

Cet appel de Jésus est l'occasion pour chacun de nous de nous interroger: suis-je différent? Dans quels domaines suis-je tenté d'accepter les valeurs de ce monde qui sont en contradiction avec les valeurs du royaume des cieux?

Certains d'entre nous pèchent en ayant rejeté toute différence dans le domaine éthique et dans la vision biblique de la sexualité: ils sont devenus comme le monde. D'autres d'entre nous sont au clair sur ce sujet, et veulent être différents, mais pèchent en ayant gommé toute différence avec le monde dans d'autres domaines: une ambition égoïste, la calomnie, le désir de prioriser sa carrière au détriment de sa famille, l'envie de posséder…

Que le Seigneur nous aide à vivre comme des disciples et à avoir le courage d'être différents. Car si les disciples de Jésus ne sont pas différents, ils ont perdu ce qui définit le sens même de leur mission.

Être la lumière du monde: être visible

C'est une bonne chose d'être différents, mais si nous ne sommes pas visibles, si nous restons cachés, à quoi ça sert? C'est pour cela que Jésus utilise une deuxième image, celle de la lumière:

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut pas être cachée, et on n'allume pas non plus une lampe pour la mettre sous un seau, mais on la met sur son support et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

Matthieu 5.14-15

Là encore, ce que Jésus dit est assez simple. Ses disciples sont comme une ville sur une montagne: ils ne peuvent pas rester cachés! Il leur dit aussi qu’ ils sont comme une lampe que l'on achète: personne n'achète une lampe pour la cacher. Au contraire, on l'achète pour qu'elle serve à éclairer et pour qu’elle se voie.

De la même manière, Jésus dit à ses disciples: soyez visibles! Ne restez pas cachés! Un disciple de Jésus qui reste caché, c'est aussi insensé qu'une lampe qu'on achète pour la mettre sous un seau…

Être visible, comme nous le montre le verset 16, impliquera que le monde verra nos belles œuvres, et glorifiera Dieu. Il ne s'agit pas d'aller montrer à tout le monde à quel point on est une bonne personne, mais plutôt de vivre ouvertement pour Jésus. Tout comme une lampe est faite pour briller, un disciple est fait pour vivre dans ce monde, de manière différente et en étant visible, pas en restant caché.

Être visible: fuir le monastère

C'est là que nous voyons à quel point les deux images, sel et lumière, vont ensemble. Nous ne pouvons pas choisir l'une ou l'autre. Nous devons être différents, oui, mais nous devons aussi être visibles.

Tandis que certains chrétiens ne se distinguent même plus du monde, d’autres, ne sont même plus visibles dans ce monde. Ils sont différents, ils brillent, mais ils sont comme une lampe cachée sous un seau!

Lorsque nous nous demandons si nous sommes différents, nous devons aussi nous demander si nous sommes visibles.

Jésus n'appelle pas ses disciples à vivre dans un monastère, en étant coupés du monde. Il les encourage plutôt à vivre dans ce monde mauvais, en étant différents, afin d'avoir un impact.

Notre danger n'est peut-être pas de quitter notre habitation pour aller vivre dans un monastère, mais nous courons facilement le danger de créer notre propre monastère chrétien là où nous sommes. Nous vivons juste avec des gens qui pensent comme nous, en limitant au strict minimum nos interactions avec ce monde.

Il est vrai que l'opposition croissante envers les chrétiens est préoccupante et significative. Mais cela ne devrait pas nous encourager à couper toute interaction avec les gens de ce monde. Au contraire, Jésus nous appelle à vivre dans ce monde, de manière visible, tout en restant différent.

Pas facile? C'était prévu!

Pas facile à faire, vous me direz? C'est vrai, et Jésus en était conscient. Il a annoncé à la fin des béatitudes (Mt 5.10-12) que ses disciples vont être persécutés à cause de leur justice, c'est-à-dire à cause de leur manière de vivre qui honore Dieu. Et pourtant, il ne leur dit pas de fuir. Il leur dit plutôt: soyez différents et visibles! Vivez d'une manière qui honore Dieu, sans vous cacher.

Oui, cela va entraîner des insultes et des moqueries, comme Jésus l'a annoncé (Mt 5.10-12). Mais cela va aussi amener certains à voir ces belles œuvres et à “glorifier [notre] Père qui est dans les cieux” (Mt 5.16).

Prions que le Seigneur se serve de nous pour être différents et visibles dans un monde qui en a tant besoin. Prions que le monde nous voie vivre et proclamer cet Évangile qui est le seul espoir pour un monde perdu.


1. “Un sel non salé est une contradiction.” R. T. France, The Gospel of Matthew, NICONT, 2007, p.174. J'ai bien profité de R.T. France dans la préparation d'une prédication sur ce texte, qui est à l'origine de cet article.

Benjamin Eggen

Benjamin est marié à Jessica et pasteur-adjoint de l’Église Protestante Évangélique de Bruxelles-Woluwe. Il a fait ses études à l’Institut Biblique de Bruxelles, où il enseigne ponctuellement. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont Soif de plus? et Qu’est-ce que tu crois?. Vous pouvez le suivre sur sa chaîne YouTube.

Ressources similaires

webinaire

Chrétien sur-connecté: Comment glorifier Dieu à l'ère du numérique?

Découvre le replay du webinaire de Benjamin Eggen, enregistré le 08 Juillet 2021, qui nous donne 7 principes de sagesse pour aider les chrétiens à survivre dans ce monde sur-connecté!

Orateurs

B. Eggen